A la découverte du dermographe

Ayant existé depuis longtemps, le dermographe est un instrument très prisé des tatoueurs. En constante mutation, il peut assouvir plusieurs impératifs à la fois. Les versions modernes de cet appareil se retrouvent notamment chez les instituts de beauté. Effectivement, les spécialistes de l’esthétique ont besoin d’un nouvel outil pour accroître leur productivité. Toutefois, pour les particuliers et les non professionnels, cette machine leur est inconnue.

Qu’est-ce qu’un dermographe ?

À l’origine, le dermographe a été créé pour faciliter la pose des tatouages sur le derme de la peau. Autrement dit, il sert à tatouer. Sa conception vers la fin du XIXe siècle a permis de moderniser l’univers de la stigmatisation et des décorations cutanées. Cet outil offre en effet de multiples avantages. Non seulement il aide à perfectionner les figures, mais il apporte également une touche de précision aux images. Actuellement, de nombreux types de dermographe peuvent être recensés. Toutefois, les plus utilisés sont les machines à bobines et celles en rotation. Récemment, une autre forme a été conçue. Il s’agit des appareils de tatouages destinés à des usages spécifiques comme la dermopigmentation. Dès lors, il appartient à chaque tatoueur d’opter pour les matériels répondant le plus à leurs attentes. En l’occurrence, les maquillages permanents sont en principe réalisés par cette dernière technique. Par ailleurs, cet engin est aussi connu pour sa puissance et sa rapidité. Effectivement, il est doté d’une pédale assurant les mouvements automatiques des aiguilles. Cela lui confère donc toute sa popularité.

Le fonctionnement d’un dermographe

Cet outil est généralement doté de plusieurs aiguilles montées sur une tige. Une file élastique est en outre destinée à les maintenir en place. Avec les mouvements répétitifs de va-et-vient, ces dernières perforent le derme pour y déposer l’encre. L’automatisation des actions se fait par le biais d’une pédale. Concernant le dermographe à bobines, l’activation du processus se fait par un dispositif d’électro-aimant. Effectivement, celui-ci commande les déplacements des épingles. De même, il peut être réglé en fonction des images recherchées. Pour ce qui est des machines rotatives, elles sont connues pour leur silence. Celle-ci est due par la présence d’un moteur qui enclenche les balancements. De plus, elles ne peuvent pas être ajustées à cause de leur rigidité. Dès lors, elles sont destinées à des réalisations particulières.

Le dermographe pour le maquillage permanent

Les appareils de tatouage à l’usage des cosmétiques sont le plus souvent de petites tailles. En prenant la forme d’un stylo, ils offrent une très grande facilité d’utilisation à leur propriétaire. En raison de son caractère léger, ce type de dermographe est très pratique. Commode à manipuler, il optimise la pénétration de l’aiguille dans la surface dermique. Il tend également à minimiser la douleur et ne présente aucun risque de lésions. De plus, il s’adapte à toutes les catégories de peaux et corrige toutes les petites imperfections. Par ailleurs, en respectant les normes d’hygiène, cet outil est stérilisé dès sa création. De ce fait, les aiguilles de celui-ci ne sont utilisables qu’une seule fois. Il convient donc de s’en débarrasser après chaque emploi. Il est aussi noté que l’étendue à pigmenter doit être au préalable désinfectée dans le but d’éviter la prolifération des bactéries.

Carole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page